Le syndrome de l’imposteur

Vous avez des doutes sur vos capacités à faire cette nouvelle tâche, ou même à mener à bien cette mission habituelle ?
Le stress vous envahit, l’angoisse et les doutes vous assaillent…

Votre patron imagine que vous pouvez terminer ce dossier dans les temps, faire un discours lors de la soirée promotionnelle, former le stagiaire,… mais il vous a sûrement surestimé, pensez-vous.

Vraiment ?
Pensez-vous être un imposteur ?

Le cercle vicieux du syndrome de l’imposteur

Peut-être croyez-vous que les gens vous surestiment ?
Que vous n’êtes pas si intelligent/compétent qu’ils le pensent. Que s’ils le découvraient vous seriez démasqué ?

Vous souffrez peut-être du syndrome de l’imposteur sans le savoir…

Le syndrome de l’imposteur appelé aussi complexe d’imposture, ou syndrome de l’autodidacte est un mécanisme psychologique et non une pathologie.

Voici comment l’on peut expérimenter le syndrome de l’imposteur :

Le syndrome de l'imposteur
Stress, anxiété face à une tâche à réaliser
  • Vous avez une tâche à réaliser (nouvelle ou habituelle)
  • Vous commencez à douter de vos capacités pour la mener à bien (stress, anxiété, cauchemars…)
  • Vous travaillez d’arrache-pied pour être au niveau, ou au contraire vous remettez tout au lendemain (procrastination)
  • Résultat :

Réussite (la plupart du temps)

Échec (rarement)

  • Attribution :

A la chance, si vous avez procrastiné : pur hasard que cela ait fonctionné, pensez-vous.

A vos efforts : vous avez travaillé de manière acharnée pour être au niveau, rien à voir avec vos capacités, pensez-vous.

Vous le saviez que vous n’étiez pas à la hauteur, c’est bien une preuve, vous êtes nul, vous avez échoué, pensez-vous.

  • A présent, vous vous dénigrez. Soit parce que vous cherchez des causes extérieures à votre succès, soit parce que l’échec à renforcé votre faible estime de vous.
    Les félicitations du boss ou les compliments de vos collègues n’y font rien. En vrai vous pensez : « Ouf, j’ai eu chaud, c’est passé à rien qu’on voit à quel point je suis mauvais en vérité ».
  • Votre confiance en vous est plombée par votre sentiment de culpabilité (l’impression que vous tromper les autres), d’imposture, d’illégitimité… Vous avez des doutes quand à votre efficacité pour les prochaines tâches à réaliser.

Puis le cercle vicieux recommence avec une nouvelle tâche ou mission à réaliser.

Cela s’applique autant à la sphère personnelle que professionnelle.

Qui est l’imposteur ?

Nous expérimentons tous à un moment ou à un autre de notre vie ce syndrome de l’imposteur.

Malheureusement, certains d’entre nous l’éprouvent bien plus souvent que d’autres. Pour eux, c’est un mécanisme dans lequel ils sont enfermés.

pexels andrea piacquadio 3755755
Tous expérimentent le complexe d’imposture

Dans notre société qui fait croire que pour exister, pour être quelqu’un, il faut être le meilleur, le plus intelligent, le plus riche, le plus admiré… ils font preuve d’humilité, de modestie extrême, sont ultra-perfectionnistes, travaillent dur au point de risquer le burn-out pour, pensent-ils, être au niveau.

Les personnes souffrant du syndrome de l’imposteur se fixent des objectifs très élevés, en vivant l’échec s’ils ne les atteignent pas complètement.

Ils souhaitent connaître toutes les informations avant de lancer un projet. Veulent être formés, certifiés, diplômés pour améliorer leurs compétences. Ne posent pas de question au risque de paraître idiots de ne pas le savoir déjà.

Ils pensent que s’ils travaillent dur pour réaliser une mission c’est la preuve qu’ils ne sont pas assez bons, c’est la preuve de leur imposture.

Ils refusent de demander de l’aide cela signifierait qu’ils sont une imposture.

Ils veulent réussir dans tous les domaines, et travaillent plus que leur entourage pour être le meilleur employé, le super parent, le compagnon idéal.

Souffrez-vous du syndrome de l’imposteur ?

Vous vous reconnaissez dans les traits ci-dessus ? ou vous êtes simplement curieux ?

Faites le test pour savoir si vous expérimentez (plus ou moins souvent) le syndrome de l’imposteur.

Comment sortir du syndrome de l’imposteur ?

Le test vous a étonné… en vrai, peut-être niez-vous encore l’évidence : vous expérimentez souvent le syndrome dé l’imposteur.

Mais alors, comment en sortir ?

Commencez par prendre conscience de cette petite voix dans votre tête qui vous serine toujours : « Je n’y arriverais pas », « Je ne suis pas capable », « Et si j’échoue ? », « Je vais encore tout faire foirer ».
Stop aux pensées négatives ! Stop à la dépréciation de soi !

Une fois que vous avez pris conscience de cette petite voix, prenez le temps de la remplacer par des paroles encourageantes : « Je peux y arriver », « J’ai les capacités nécessaires », « J’ai confiance en moi », « Je suis capable ».

Même si au début, vous n’y croyez pas, peu à peu, cette petite voix positive prendra le pas sur la petite voix limitante (c’est la méthode Coué).

Vous devez être bienveillant envers vous-même et vous traiter aussi respectueusement que vous le faites avec vos amis et les gens que vous aimez.

Stop avec le syndrome de l'imposteur : soyez fier de vous
Soyez fier de vous !
Vous êtes le créateur de votre réussite !

Ensuite, prenez le temps de lister ce qui vous rend unique : vos talents, vos réussites, ce dont vous êtes fier.

Demandez à des personnes de confiance (amis, proches, familles, entourage) de vous écrire vos forces et vos faiblesses. Quelles sont vos trois principales qualités et trois points sur lesquels vous pourriez progresser. Les critiques constructives sont motivantes.

Enfin, un thérapeute ou un sophrologue peut également vous accompagner pour apprendre à ne plus douter de vous, de vos capacités, apprendre à être réaliste sur votre valeur et à s’extraire du regard des autres.

Vous pourrez ainsi ressentir de la fierté, vous félicitez pour votre efficacité, ressentir de la satisfaction personnelle et vous attribuez vos réussites.

Prenez soin de vous.

Prendre rendez-vous sur Doctolib